Taranaki : le géant endormi


Pour moi, c’est le volcan parfait. Parfait parce qu’il est en sommeil depuis 1755 (ouf…). Parfait par sa silhouette conique. Parfait parce qu’il en est d’autant plus photogénique. Rien que son nom nous transporte dans un pays lointain. Sa fausse sonorité nippone m’intrigue depuis le début du voyage. Tout comme les photos de ce pic parfait, aperçues dans les brochures des offices de tourisme. Mais rien ne nous avait préparé à la beauté des lieux et du trajet qui mène au majestueux Taranaki…

IMG_3529387146_4115262592452_1871442361_n

581969_4115272712705_289221959_n

Culminant à 2518 mètres, il constitue une attraction incontournable de la côte Ouest de l’Ile du Nord. Il est également un site riche en histoire et patrimoine pour les Maoris. Les forêts touffues qui l’entourent, avec leurs rideaux tombants de mousse, semblent peuplées  de créatures mystiques (elfes, trolls, gobelins et autres amis de J.R.R Tolkien…). Ses pentes quasi-symétriques semblent attirer le danger (il est pourtant éteint depuis le XVIIIe), et la fascination de tous ceux qui l’observent.

Quant à New Plymouth, la  petite ville qui jouxte cette pyramide naturelle, elle n’en est pas moins pleine d’attrait, avec la possibilité de s’adonner aux ski et snowboard en hiver et au surf et ski nautique en été. Avec la végétation luxuriante de ses nombreux jardins, ses plages de surf  avoisinantes, ses vues sur la mer et sur le volcan, elle sort du lot des villes plates et sans intérêts visitées précédemment, bien que demeurant une ville nouvelle avant tout, c’est-à-dire sans grand attrait architectural. De taille raisonnable, elle compte 49 000
habitants, et constitue un centre de service pour les activités économiques de la région, qui comprennent l’industrie de la production laitière ainsi que le pétrole, le gaz naturel et pétrochimique. C’est donc une ville qui a aussi son lot d’usines et de hangars en tôle (bien moches).

IMG_3548

DSC00359IMG_3545 copieIMG_1518IMG_3538i

Pour pouvoir découvrir tranquillement le coin, nous optons pour 2 nuits dans un backpacker tout confort et bon marché, le Duck &  Drakes BBH, au 48 Lemon st. Les 3 vastes pièces communes, dont une vaste véranda, nous permettent de nous détendre hors de la chambre (ceci dit coquette) et de recoller à l’actu locale en regardant la télé et en lisant les magazines et journaux.

Dès le lendemain, nous parcourons les 55 km qui nous séparent du volcan, impatientes de le voir de près. Mais en arrivant au centre d’information touristique, la brume a pris ses quartiers. Impossible pour nous de faire une photo du cône dégagé. En regardant les choses du bon côté, on se dit que la promenade en forêt n’en sera que plus féerique. L’une des marches s’intitule d’ailleurs, la « marche des gobelins »… Pas faute de les avoir chercher, nous n’en verrons malheureusement pas l’ombre d’un seul…pied du volcan, planté au cœur du Parc National d’Egmont. 3 routes escaladent les flancs abrupts du volcan, en sommeil depuis 1775.

IMG_3517IMG_3532

IMG_3536IMG_3545 copie

IMG_3535IMG_3494'  

IMG_3499Taranaki sign

2 réflexions sur “Taranaki : le géant endormi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s